EPAL, association d’organisation de loisirs et vacances dans le Finistère

Plan du site Imprimer
EPAL ASSOCIATION (Accueil)

Epal Asso,

vos loisirs et vos vacances dans le Finistère !

Espace privé

Mot de passe oublié

Contactez-nous 02 98 41 84 09

Veiller à l'accessibilité des Vacances et des Loisirs

La présidente, Hélène GAC

Depuis toujours, nous accordons une vigilance particulière aux Centres de Vacances, secteur historique de l’Association qui a connu tout au long de ces années une baisse constante des inscriptions.

 

Actuellement, malgré un continuel renouvellement des projets, ce secteur reste soumis à des fluctuations. C’est pourquoi, en juillet 2013, nous avons été très attentifs à la Commission de l’Assemblée Nationale qui a rendu public un rapport sur « l’accessibilité des jeunes aux séjours collectifs et de loisirs ».

 

Face à la baisse de fréquentation des séjours collectifs, nous avons pris bonne note de la volonté du Ministère de créer un label pour les colonies de vacances. La Commission, qui veut rendre le départ en vacances à la portée de tous, a proposé un plan d’action national décliné en une vingtaine de propositions visant à permettre à tous les enfants de partir en vacances, à redonner à l’Etat un rôle actif d’incitateur au départ en colos, à maintenir des centres de vacances sur tous les territoires, à faire des colos un secteur phare de l’économie sociale et solidaire et à repenser le statut des animateurs. Autant de propositions que nous approuvons, mais dont nous attendons les mesures concrètes.

 

Défendre l’accessibilité aux vacances, c’est aussi agir pour un statut du volontariat de l’animation au niveau départemental comme au sein des regroupements nationaux. Fin juin 2013, la plateforme du Volontariat de l’Animation présente un texte sur les principes de ce futur statut. EPAL soutient ce texte, qui a été signé par plusieurs partenaires proches de l’Association. En effet, même si, depuis deux ans, EPAL est parvenue à organiser de manière satisfaisante les temps de repos obligatoires des animateurs en Contrat d’Engagement Educatif, l’Association continue à défendre la validation et la sécurisation d’un statut d’un volontariat de l’animation, en tant qu’un espace d’engagement spécifique, différent du salariat et du bénévolat, et qui permet une reconnaissance de la mission éducative et sociale d’intérêt général des animateurs.

Favoriser l'accueil de tous les Enfants

Renée Gall, membre du CA

Favoriser l’inclusion et l’accueil de tous les enfants, voilà l’un des axes forts que nous cherchons à mettre en œuvre au travers de nos orientations actuelles. C’est ainsi que la démarche d’inclusion, initiée en 2011, se poursuit au sein de nos séjours de vacances ; le nombre d’enfants concernés augmente d’année en année.

Sur la commune de Plouescat, une Commission a œuvré pour faire évoluer le projet éducatif local vers un accueil de tous les enfants. Ce projet Mixité intitulé « Tous différents, tous ensemble » concerne l’ensemble des acteurs et ne peut s’entendre que dans le cadre d’une démarche participative. Lancée en septembre 2011, la Commission, composée d’élus de la commune, de professionnels chargés de l’Animation Enfance Jeunesse, de représentants EPAL et de partenaires locaux comme l’Association locale « Mô d’enfants », a posé un diagnostic et en a fait une restitution publique en octobre 2013 ; puis, elle s’est penchée sur le financement du projet. Cette période de réflexion s’est concrétisée par l’embauche d’un animateur chargé d’organiser l’accueil d’enfants en situation de handicap au Centre de Loisirs. Un Comité de suivi s’est constitué afin d’assurer le bon déroulement et l’évolution du projet
Il est à souhaiter que ce type de projet Mixité puisse aussi voir le jour dans d’autres Accueils de Loisirs.

Dans la même optique, par le biais de son secteur Points de Repères et en partenariat avec la Caisse d’Allocations Familiales, EPAL propose des formations dont l’objectif est de se former en équipe à l’accueil de tous les enfants.

 

Un autre domaine où la formation est nécessaire pour garantir la qualité de l’accompagnement des enfants, c’est l’animation périscolaire dans le cadre de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires. A la rentrée de septembre 2013, après un long travail préparatoire en partenariat, la réforme est mise en œuvre dans trois communes pour lesquelles EPAL assure le suivi de l’Animation sur le territoire. Dans d’autres communes, EPAL a été sollicitée pour la phase de diagnostic avant la mise en œuvre prévue en septembre 2014. Il s’agit bien là de (re)mettre l’enfant au cœur des projets éducatifs territoriaux. Si la construction prend du temps, la réussite dépend pour une grande part de la qualité du processus de mobilisation des acteurs locaux.

 

Toujours par le biais de ses secteurs Enfance Jeunesse et Points de Repères, EPAL a proposé un contenu de formation à destination des personnes non-initées à l'accueil des enfants en situation de handicap et à l’encadrement de ces temps d’animation. 

Garantir la place des vacances dans le parcours de vie

Nelly Ciréfice, membre du CA

En partenariat avec l’Association Alternance, nous avons décidé d’une mise à jour du Cadre Collectif d’Obligations Réciproques (CCOR), qui concerne les modalités d’organisation de séjours de vacances pour les personnes handicapées adultes les plus dépendantes.

C’est en 2006 que ce cadre collectif a été élaboré conjointement, puis signé par l’ADAPEI et les associations finistériennes gestionnaires d’établissements. En mai 2013, une Commission s’est mise en place, comprenant deux représentants de chaque association signataire, un administrateur et un professionnel, afin de se pencher sur la révision de ce texte.

Dans un premier temps, la Commission a entendu les constats qu’EPAL fait depuis plusieurs années concernant les séjours pour Adultes de Grand Handicap, dorénavant dénommés séjours pour Adultes de Faible Autonomie : une baisse constante des inscriptions couplée à une augmentation de la moyenne d’âge des vacanciers, sans que cela soit compensé par l’arrivée de jeunes adultes. Cela pose la question de la place des vacances à la fois dans le projet individuel des personnes mais aussi dans le projet des établissements.

C’est pourquoi la Commission a souhaité associer à la réflexion tous les établissements qui, ces deux dernières années, ont inscrit des vacanciers sur les séjours pour Adultes de Faible Autonomie, mais aussi sur les séjours pour Adultes Déficients Moteurs. Pour ce faire, un questionnaire a été élaboré puis adressé après l’été à 147 établissements d’accueil, majoritairement finistériens ; nous avons reçu une cinquantaine de réponses.
En avril 2014, une première analyse de ces questionnaires a été présentée à la Commission. Nous souhaitons que les travaux de la Commission, qui vont se poursuivre dans les mois à venir, nous permettent, outre l’évolution du Cadre Collectif, d’avoir une perception plus affinée de l’avenir de ces séjours

EPAL propose aussi des séjours en partenariat qui sont construits en lien étroit avec les établissements d’accueil. Il convient de mieux faire connaitre ce type de proposition qui pourrait sans doute constituer une réponse en termes de vacances pour certains adultes.

 

Dans les questionnaires, la question du financement des séjours revient de manière récurrente. Pourtant, les aides au départ en vacances existent, mais elles sont souvent méconnues. Il est donc nécessaire de continuer les démarches d’information et de communication sur ce point.

C’est dans cette optique que, comme chaque année, nous rencontrons prochainement la directrice de la Maison Départementale des Personnes Handicapées du Finistère, conjointement avec le Président de l’association Alternance et le Président de l’ADAPEI du Finistère. Pour les séjours de vacances, le surcoût lié au handicap est manifestement bien compris et est intégré dans la Prestation de Compensation.

 

Nous souhaitons maintenant aborder la prise en compte de ce surcoût pour les Accueils de Loisirs.

Développer les activités de loisir quotidien

Michel Le Goff, secrétaire du bureau

Cela fait plusieurs années que les Sémaphores de Brest et de Lesneven proposent des actions d’Animation Quotidienne Adaptée à des adultes en situation de handicap. A la fin de l’année 2013, les Sémaphores ont été sollicités pour étendre leurs activités à Landerneau, ceci en partenariat avec la Maison pour Tous et la Ville. Une réunion de présentation s’est tenue le 7 janvier 2014 et une première programmation d’activités est proposée à compter du deuxième trimestre.

 

Dans le Sud-Finistère, c’est à la demande de l’ADAPEI qu’un Comité de Pilotage regroupant divers partenaires a travaillé pendant plusieurs mois sur un projet de Sémaphore sur la ville de Quimper. Dans le 4ème schéma du Conseil Général du Finistère, voté fin 2013, une ligne budgétaire a été attribuée à l’accompagnement et aux loisirs des personnes en situation de handicap. Cette enveloppe budgétaire devrait permettre d’envisager l’ouverture prochaine de ce Sémaphore quimpérois. Accompagné d’un membre de l’ADAPEI, nous avons rencontré une représentante du Conseil Général qui nous a indiqué la marche à suivre. Il nous faut aussi nous assurer de financements complémentaires, comme par exemple la prise en compte du loyer du futur local. Nous avons échangé sur ce point avec la nouvelle adjointe chargée du handicap à la Ville de Quimper.

 

En tant que parrain, l’Association poursuit son accompagnement auprès de l’Association des Adhérents du Sémaphore de la Côte d’Emeraude basée à Dinard. Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un Groupe d’Entraide Mutuelle (GEM). Les adhérents de ce Sémaphore avaient pour objectif de consolider les finances de leur Association en 2013, ce à quoi ils sont parvenus. Ils continuent à chercher un nouveau local pour leurs activités, toujours dans la ville de Dinard.

 

Dans le même département, EPAL a été contacté par un GEM de Rennes dont les activités sont exclusivement destinées à de jeunes adultes malades psychiques et assorties d’un café culturel ouvert à tout public. Ce GEM, créé en 2005, est à la recherche un nouveau gestionnaire ; c’est dans cette optique qu’il s’est retourné vers EPAL. Le Conseil d’Administration s’est prononcé favorablement pour étudier ce projet, ce qui est toujours en cours.

 

Les activités de loisir quotidien sont donc amenées à se développer. Pour assurer la pérennité de ces projets, il nous faut rester vigilant quant au financement. Nous souhaitons aussi davantage structurer le travail des Comités de Pilotage, instances qui ont toute leur importance, car elles regroupent l’ensemble des personnes concernées par ces projets : les usagers, les bénévoles, les professionnels, les partenaires.

Penser les travaux de Maison Marine

Jean-Paul Jaffrès, membre du CA

Après la décision de poursuivre la collaboration au-delà de 2016, date d’échéance de la convention qui nous lie à l’Association Rue des Epinettes pour la Maison Marine Marie Le Franc de Sarzeau dans le Morbihan, il a été décidé de nous rencontrer régulièrement pour travailler sur l’évolution du projet.
Une Commission interne a été chargée de travailler sur le projet et l’évolution de l’hébergement, avec une réflexion sur les travaux à engager, à la fois pour répondre aux normes d’accessibilité, mais aussi pour améliorer l’accueil. C’est ainsi qu’a été décidée conjointement la rénovation d’une partie de l’équipement, en l’occurrence le gîte. Dans ce cadre, le 22 octobre 2013, nous avons eu un temps de travail avec un architecte et un administrateur de l’Association Rue des Epinettes.


Les travaux du gîte ont été effectués début 2014. D’autres travaux sont envisagés ultérieurement, en particulier ceux de mise aux normes ou encore la salle de restauration.

Bâtir un projet territorial pour Ti Menez Are

Jean-Claude Limpalaer, membre du CA

Durant l’année 2013, nous avons poursuivi nos travaux afin de trouver une solution pérenne pour le CPTDE (Centre Permanent du Tourisme et de Découverte de l’Environnement) installé sur la commune de Brasparts et propriété du PNRA (Parc Naturel Régional d’Armorique).

Nous avons commencé par rencontrer les différents acteurs du territoire (la conseillère générale du canton, des représentants de la Communauté de Communes du Yeun Elez,…) afin de les sensibiliser à l’importance d’un projet partagé pour permettre au Centre d’Accueil de poursuivre son projet et ses actions.

En mai 2013, la Communauté de Communes du Yeun Elez a fait part de sa volonté de s’impliquer aux côtés d’EPAL et du PNRA dans un travail visant à examiner les pistes d’un projet territorial pour le CPTDE. Ce travail collectif, piloté par le directeur d’EPAL, se fait sous l’égide du Comité de Pilotage qui existait déjà mais qui est élargi à toutes les personnes intéressées pour accompagner la démarche.

Deux groupes se réunissent régulièrement : l’un est chargé de proposer un mode d’organisation et de gestion du site ; l’autre a pour objectif d’examiner de nouvelles perspectives d’actions pour élargir le projet. C’est ainsi qu’en 2013, des séjours sont organisés en direct par les animateurs ; en 2014, des interventions sont envisagées dans les écoles des communes du Yeun Elez.
Un nouveau nom est choisi pour le CPTDE : Ti Menez Are.

Reconnaissant l’implication forte des partenaires engagés dans la démarche, le Conseil d’Administration EPAL, en décembre 2013, accepte de poursuivre la gestion et l’animation du CPTDE-Ti Menez Are durant l’année 2014, dans la perspective d’aboutir à la création d’une nouvelle structure à échéance de l’année 2014.

Par le biais du Dispositif Local d’Accompagnement, le Comité de Pilotage a sollicité et obtenu l’appui d’un cabinet extérieur pour l’aider à finaliser les hypothèses concernant le futur mode de gestion de Ti Menez Are.

Une autre étape à venir, c’est la formalisation, puis la mise en place d’une instance officielle de coopération à l’échelle du territoire dénommée Comité de Coordination Territorial, où chacune des municipalités de la Communauté de Communes sera représentée.

Poursuivre les démarches d’ouverture de l’Association

La présidente

En juin 2013, l’Association Vacances Loisirs Kerber, qui est une ancienne association adhérente du Comité Départemental UFCV du Finistère, et qui a une activité ponctuelle s’articulant autour de trois séjours de vacances durant la période estivale, a sollicité son adhésion en tant que personne morale à EPAL, ce à quoi nous avons répondu favorablement.

L’Association souhaite affirmer son identité en inscrivant son projet dans une dimension régionale et au-delà. Cela fait plusieurs années que nous avons un Bureau à Rennes avec une équipe professionnelle regroupée autour d’une coordinatrice. En 2013, c’est à Nantes que nous avons décidé d’ouvrir un bureau permanent, après une période test où une présence de l’Association a été assurée de manière ponctuelle. Il s’agit à la fois de faire connaître nos séjours, et de nous rapprocher des établissements et des partenaires des Pays de la Loire. Il nous faudra maintenant être attentif à la dynamique et à la complémentarité entre les différents bureaux et actions de l’Association.

Au niveau national, EPAL apporte sa contribution au regroupement qu’est le CNLTA (Conseil National des Loisirs et du Tourisme Adaptés). Un groupe de travail a été chargé d’élaborer un nouveau projet pour le CNLTA et plusieurs professionnels d’EPAL ont participé à un séminaire sur ce thème en novembre 2013. Faisant le constat d’une nouvelle dynamique, nous avons décidé de proposer l’entrée de notre Association au Conseil d’Administration du CNLTA, ce qui a été entériné par l’Assemblée Générale du 18 mars 2014.

Des pistes de travail communes se dégagent aussi avec l’UFCV qui, après une période de réorganisation importante, connaît un nouvel élan. C’est ainsi que l’Association s’est engagée dans la démarche de l’UFCV Nationale qui a proposé aux associations adhérentes de rejoindre un groupe qui va travailler sur des propositions de Centres de Vacances à destination des Comités d’Entreprise et des collectivités importantes.

Pour que l’Association soit davantage actrice dans son environnement, il est nécessaire de développer des rapprochements de complémentarité ou de renforcement. C’est ainsi que nous avons demandé à adhérer à l’UBAPAR (Union Bretonne pour l’Animation des Pays Ruraux), qui a pour objet de maintenir les associations en milieu rural en menant des actions dans plusieurs directions : le développement local, la formation, des propositions de séjours en breton et en gallo, le développement durable. Nous sommes en attente de la réponse de l’UBAPAR à cette demande.